Écrire permet-il de sentir mieux dans sa vie ? | Les clés pour comprendre

Est-il vraiment possible d’écrire pour aller mieux ? Beaucoup de coachs et psychologues disent que oui et le recommandent fortement. Écrire ses pensées pour s’en libérer peut être redoutablement efficace dans certaines situations, particulièrement quand on ne trouve plus les mots pour exprimer sa douleur. Il existe plusieurs façons d’écrire dont certaines permettent de se confier à soi-même et d’autres à un auditoire. L’écriture ne remplace pas la médecine mais aide fortement à se libérer des émotions trop lourdes à porter. Tour d’horizon les bienfaits de l’écriture. 

Écrire pour aller mieux : est-ce que ça marche vraiment ?

Écrire sur soi peut-il guérir ses blessures ? Peut-être pas toutes, mais d’après plusieurs études, cela peut grandement aider. L’écriture, si celle-ci est volontairement pratiquée, peut libérer de certaines angoisses et permet de coucher sur papier d’éventuels événements traumatiques ou désagréables. L’écriture permet de prendre du recul. Il y a donc une énorme différence entre vivre les événements et les écrire car, on maîtrise ce que l’on raconte. Cela permet de mieux les gérer, mieux les appréhender. 

Alors, beaucoup de personnes choisissent d’écrire pour se sentir mieux, mettre des mots sur les maux, mais parfois sur les joies aussi. On parle parfois d’écriture thérapeutique car elle guérit certaines souffrances enfouies au fond de nous. Ce n’est pas étonnant d’ailleurs si une majorité d’adolescents commencent l’écriture d’un journal intime. Cela leur permet d’exprimer leurs émotions, de dire enfin ce qu’ils n’osent pas dire à qui que ce soit, par crainte ou timidité. L’adolescence est une période où les émotions se bousculent, où la sensibilité et la souffrance sont exacerbées. 

Écrire pour se reconstruire : comment ça marche ?

Si écrire permet de libérer ses émotions, cela représente aussi un moyen de se reconstruire. Bien sûr, cela ne se fait pas en un jour et écrire seul dans son coin peut être rédhibitoire. Pour démarrer, les ateliers d’écriture sont parfois un excellent exercice. Cela n’empêche pas, parallèlement d’écrire pour soi afin de se reconstruire. Il suffit  parfois d’écrire quelques lignes jour après jour pour se rendre compte de l’impact que cela a sur soi. 

L’écriture permet de se reconstruire car, elle reporte les violences subies sur les mots ou les intègre dans une histoire. En atelier d’écriture créative, il est souvent fréquent qu’une accroche fasse écho à un événement et que cela devienne le fil conducteur de l’histoire. Selon Nayla Chidiac, docteure en psychologie, l’écriture manuscrite serait même plus puissante que la rédaction au clavier. Selon elle, quand on écrit manuellement, la main devient la continuité de la pensée et le corps et l’esprit sont ainsi unis. Fondatrice des ateliers d’écriture thérapeutique au centre hospitalier Sainte-Anne à Paris, Nayla Chidiac compare même l’écriture à une forme de médiation car elle permet d’être soi à un instant présent. 

Écrire pour libérer ses émotions peut se faire sur de nombreux supports : carnet, journal intime, lettres factices jamais envoyées ou ateliers d’écriture. En atelier, il est possible d’exprimer un sentiment dans un texte, une histoire, de façon subtile et discrète. Il est possible aussi de réinventer l’Histoire pour apaiser une douleur. 

Tenir un journal intime : un hobbie d’adolescent ? 

Le journal intime est vieux comme le monde. Depuis des siècles, il permet d’écrire pour évacuer des tensions, des pensées négatives ou simplement pour laisser une trace de sa propre histoire. Prenons l’exemple d’Anne Frank, adolescente juive rendue célèbre grâce à la publication de son journal intime. Son journal parle, certes, des événements qu’elle vivait mais pas seulement. Elle y raconte ses doutes d’adolescente, ses pensées, même inavouables, ses questionnements. Cela l’a d’ailleurs aidée à tenir en cette période de trouble et ce contexte angoissant. Un journal permet donc d’écrire ses pensées pour s’en libérer ou simplement garder un souvenir impérissable. Ce cahier ne sert pas seulement à se lamenter sur des choses tristes mais aussi sur des pensées positives. 

En termes de développement personnel, le journal intime est souvent un support très recommandé. On appelle cela le journal de la gratitude ou du bonheur. Le but d’un tel journal est de s’endormir sur les meilleures choses de la journée afin de garder à l’esprit les bons côtés de la vie. 

Se libérer émotionnellement

Il y a quelques temps, les réseaux sociaux assuraient cette fonction. Aujourd’hui le journal intime revient en force car, comme son nom l’indique, il est intime et permet de conserver une pensée pour soi-même. D’après Philippe Lejeune, chercheur et auteur de 15 ouvrages sur le journal intime, « tenir un journal est devenu, pour un individu, une manière possible de vivre ou d’accompagner un moment de sa vie ». Certaines personnes fuient les thérapies et un journal peut être une bonne alternative pour revenir à  l’essentiel de sa vie. 

Écrire pour soi et sans contrainte

Quand on écrit un journal, on se lâche complètement. On ne cherche pas à reproduire un certain style littéraire, on exprime simplement le vécu en termes d’émotions. Un journal intime est une sorte d’introspection qui va laisser place ensuite à la réflexion. Il permet de faire le point sur soi-même, de se poser des questions et parfois de comprendre d’où viennent certaines frustrations. 

 

L’écriture est un des premiers moyens d’expression chez les humains. Il est le moyen de s’exprimer, apaiser son esprit mais aussi de laisser une trace de soi. Amis-Mots est une association d’ateliers d’écriture créative qui offre la possibilité d’écrire en groupe, avec d’autres personnes qui aiment écrire. Si vous aimez écrire et partager vos écrits, rejoignez-nous